Émaillage d'un oursin en argent. Vicky Vanlerberghe

L’ATELIER D’ÉMAUX D’ART

Palettes-de-couleurs-emauxsurcuivre

Un atelier d’émaux Grand Feu en Bretagne:

Au gré d’expérimentations presque alchimiques, se joue dans mes fours une danse entre le métal, le verre et le feu.
A l’atelier, je conçois et façonne des sculptures, des tableaux ainsi que des bijoux muraux. Des émaux sur cuivre agrémentés d’argent et d’or.
Je dessine et réalise à la main l’intégralité de mes créations.

J’ai choisi la nature comme inspiration principale pour réaliser des œuvres contemporaines, selon les techniques traditionnelles de Limoges d’émail grand feu.
L’émail peint, ainsi que la grisaille d’or (Or 23,75 carats) sont mes principales techniques pour réaliser ces créations.
Pour le cuivre, je le travaille tel un dinandier afin de lui donner la forme souhaitée.
Découpe du cuivre, mise en forme du métal, recuit au chalumeau, tamisage de l’émail à sec, cuisson au four, émail peint à la spatule, grisaille d’or à l’aiguille, soudure…Chaque pièce demande plusieurs cuissons entre 750 et 900 degrés.

Mon travail m’amène à prendre possession de l’espace intérieur en proposant à mes clients une évasion, un voyage à travers un savoir-faire rare.

Émailleuse d’Art sur métaux: l’atelier

L'art de l'émail Grand feu

vickyvanlerberghe-emaux-bleu-or-details

A l’origine, l’émail s’apparente à un cristal incolore et transparent.
Il est ensuite coloré par des oxydes métalliques. Il s’utilise très souvent en poudre très fine mais il peut aussi être utilisé en cristaux plus ou moins gros qui permettent d’obtenir des effets variés et intéressants.

A l’atelier la première étape du travail consiste donc en la découpe de grandes feuilles de cuivre au format désiré (Rond, carré, rectangle, ovale, de forme fantaisie).
Vient ensuite la mise en forme à l’aide d’un marteau qui donnera à la plaque de cuivre une plus grande résistance lorsqu’elle sera soumise à l’épreuve du feu.
Un recuit à l’aide du chalumeau ou du four, du métal peut être nécessaire afin que la mise en forme “bombée” soit plus facile.
Au dos de la plaque, un contre-émail est tamisé afin que l’émail sur la face visible ne se fissure/casse pas. Une couche de fondant est posée, puis c’est la première cuisson à 900 degrés.
C’est alors que le travail le plus délicat se fait : la pose des différentes couleurs d’émail, soit ensemble, soit séparées par de nombreux passages au four.

A chaque sortie du four, je peux voir le résultat des cuissons et décider si la pièce est bonne ou réclame encore des retouches et des cuissons.